Le Bal Perdu

- Crée le 14 mars 1993 au Théâtre de l’Alhambra dans le cadre du Festival Jazz de l’AMR à Genève

- Repris au Théâtre du Loup du 13 au 14 décembre 1996

- Tourné les 21 et 22 mars 1997 à la Gessnerallee de Zurich-Festival Blickfelder

- Tourné le 13 décembre 1997 é l’Espace Planoise de Besançon

- Repris au Théâtre du Loup du 17 au 21 décembre 1997

- Tourné du 22 au 25 février 1998 au Festival International du théâtre jeune public - Noord Holland ( Zaandam, Velsen, Den Helder, Purmerend)

- Tourné les 19 et 20 juin 1998 à l’Expo mondiale 98 à Lisbonne

Dans ce spectacle, la musique originale de la Fanfare en est le thème central et non pas un élément dramaturgique parmi d’autres, comme dans les spectacles de théâtre, ni une machine à danser comme pour les bals.
Les musiciens-compositeurs ont proposé des parties écrites, des bouts de chansons, des expérimentations sur instruments inventés, de simples structures d’improvisation ou encore des synopsis sonores élaborés...

Tout a été mis à l’épreuve, monté et arrangé dans une grande suite musicale, et spectaculaire. Fil rouge : l’idée même du laboratoire, d’usine à musique, avec les digressions imaginables sur les rapports entre musique et mécanique, rythmes et cadences, équipe de nuit et ensemble de musiciens...
Le résultat de tout cela étant l’émergence d’un style musical encore inconnu au grand magasin des nouveautés : le Métal jazz, où s’exprime bien le credo du Loup : acoustique plus que sonotique, mécano plutôt que mégalo, rigolo avant que techno.

Dans ce spectacle inclassable - malgré le titre et les résolutions initiales - la danse et le swing reviennent au galop, lorsqu’on si attend le moins.

Cette création s’est faite avec une rapidité et un plaisir inattendu avec l’équipe du théâtre éponyme.

Photo : copyright Isabelle Meister