Saison 21-22

LE FANFAREDULOUP ORCHESTRA

40 ans, presque un demi-siècle, que le FanfareduLoup Orchestra fait partie du paysage musical genevois. 40 ans que ce collectif de 14 musiciens fait danser, crée des spectacles, chante et interprète David Bowie, Frank Martin, Matthieu Michel, passant par Astor Piazzola pour faire un crochet à Woodstock avec Joe Cocker.
Orchestre atypique, riche d’une grande expérience en concerts, spectacles, fêtes populaires, bals étranges et évènements déconcertants. Loin des ensembles à répertoire unique, que ce soit en jazz ou en classique, l’orchestre aime cultiver cet art riche et novateur des influences multiples. Avec un répertoire incluant plus de trois cents compositions originales, il nourrit sans faille l’ambition d’allier à la richesse des compositions le plaisir de la scène et convie le public genevois à sa dix-septième saison musicale dès septembre 2021.
Les 13 musicien.ne.s de notre collectif vous invitent à les suivre musicalement à travers différentes thématiques toujours nouvelles. Avec à chaque fois la page blanche qui stimule la créativité de tous.

Tous concepteurs - Tous compositeurs - Tous improvisateurs - Tous interprètes.

Jeudi 14 et vendredi 15 octobre 2021 - 20h
BACK 2 THE FUTURE - IVAN ILLICH
L’Alhambra – Rue de la Rôtisserie 10 – 1204 Genève

En cette période de prise de conscience des changements climatiques, de destructions croissantes de notre milieu de vie, de remise en question fondamentale de notre société industrielle, les écrits et les thèses d’Ivan Illich, quelque peu oubliés après avoir frappé les pensées, sont étonnants de pertinence. Il fût l’un des plus lucide critique de notre société industrielle. Il en démonta, pièce par pièce, toute justification théorique.
Cette société ne peut exister, après ce démontage que grâce à l’hébétude de ses membres et le cynisme de ses dirigeants (Jean Robert, Préface aux Oeuvres complètes). Sa critique est si radicale que les propositions les plus exigeantes du fameux Club de Rome, ou les réformes les plus audacieuses proposées par nos dirigeants ou nos partis les plus verts, ne sonnent plus que comme de bien-pensantes naïvetés. En définissant les seuils critiques naturels de nos outils et de nos institutions, au-delà desquels leurs effets pervers sont intolérables, il définit l’idée d’une société conviviale dans laquelle le politique définit les seuils critiques, limite la puissance des outils, et rétablit - ou maintient - les facultés d’autonomie des gens. Car au-delà de certains seuils, les transports paralysent les pieds, le système de santé rend malade, et les écoles tuent l’autonomie de l’apprentissage. Dans un monde qui s’asphyxie de gaz d’échappement, où les coûts de la santé échappent à tout contrôle, et dont les écoles sont davantage des filtres qui préservent nos élites que des outils d’émancipation, une société conviviale ne peut qu’être souhaitée.
Cette pensée clairvoyante, que peu connaissent, n’a pas dit son dernier mot. Elle flotte et circule dans le rhizome de notre pensée collective. Elle essaime. Elle fleurit. Elle fructifie. Elle pénètre de plus en plus les résistances qui s’organisent. Elle charpente et étaie les révoltes anti-capitalistes et anti-industrielles. Elle éblouit, subjugue par son évidence. Les récentes marches pour le climat, les mouvements comme Extinction Rebellion, les Ainées pour le climat, ces multiples résistances sont le signe que, alors que le cynisme du libéralisme augmente de façon exponentielle, notre hébétude coupable, elle, diminue de plus en plus.
Le Fanfareduloup Orchestra désire reprendre ce projet présenté lors de leur saison 2019-2020 car la réflexion d’Illich résonne aujourd’hui plus que jamais. Le collectif, avec ses outils musicaux, souligne la pensée de cet homme magnifique en nous nourrissant de sa poésie, de la musicalité et du rythme de sa phrase écrite, ceux, si singuliers, de son parlé, l’espoir et l’amour universel qu’il dégage.
C’est à vivre l’avenir que nous sommes conviés. [...] Dans ce futur, nous devons mettre un terme au pouvoir coercitif et à l’autoritarisme [...] Si une formule pouvait résumer la nature de cette ère nouvelle, ce serait : la fin du privilège et de l’arbitraire (in Nous vous appelons à célébrer... - Yvan Illich, 1967).

Aina Rakotobe & Yves Massy

Jeudi 16 et vendredi 17 décembre 2021 - 20h
RAIN DOGS - HOMMAGE A TOM WAITS
L’Alhambra – Rue de la Rôtisserie 10 – 1204 Genève

Auteur, compositeur, interprète, comédien, personnage multiple et polymorphe, Tom Waits puise son inspiration aussi bien chez Harry Partch ou Howlin’ Wolf que chez Captain Beefheart et William Burroughs, quelques-unes de ses références artistiques. Les étendues désertiques de la Californie du sud, les quartiers pauvres de East Los Angeles, des routes qui ne mènent nulle part ou des trains qui ne partent jamais, des marginaux aux poches trouées ou des maquereaux bling-bling, tout peut nourrir son inspiration.
Cabaret, vaudeville, hymnes luthériens, bruitisme, free jazz, blues désespérés, mambos entêtants, rien n’échappe à sa vision tellement décalée de l’humanité. Un type formidable.
Et nous nous disons là qu’il y a un terreau tout à fait propice à la fanfare pour qu’elle s’en empare et fasse surgir des ambiances moites, des grooves interlopes, des impros nyctalopes...
En fermant les yeux, nous pouvons imaginer notre collectif s’approprier cet univers et le transformer en un train fantôme musical tout à la fois rugueux et tendre, brut et souple.
L’instrumentarium de Tom Waits étant incroyablement varié (avez-vous déjà entendu parler du Calliope, de l’Optigan ou encore du Chamberlin ?), il nous a semblé approprié de demander du renfort à Aida Diop pour le marimba ainsi que de multiples percussions.
Et bien sûr il nous fallait un chanteur : ce sera Leo Mohr, fin connaisseur et admirateur de Tom Waits, ainsi que vocaliste et personnage de scène charismatique.
On peut dire de Tom Waits qu’il a deux carrières séparées : d’un côté, le comédien et acteur (avec Francis Ford Coppola, Jim Jarmusch, Robert Altman et Terry Gilliam) et de l’autre, le musicien, performer et compositeur.
Véritable boulimique créatif, il s’intéresse aux arts plastiques, à tout ce qui a trait à la beat generation, collabore avec Bob Wilson et William Burroughs, compose un opéra, une comédie musicale avec sa femme Kathleen Brennan, qui est également co-auteure de nombre de ses textes. Tout ceci contribue à donner à ses chansons des teintes de cabaret de Berlin des années 20, des ambiances de pilier de bar, ou de perdants magnifiques.
Son goût pour le bizarre l’amène à collectionner nombres d’instruments de toutes sortes, dont il dira : j’adore composer pour un instrument que je ne connais pas.
Parmi la quinzaine de chansons retenues, on trouvera des titres tels que : Underground, Big In Japan, Jockey Full of Bourbon, Way Down In The Hole, Clap Hands.
Cette création aurait du être jouée en décembre 2020 à l’Alhambra, mais pour cause de pandémie a du être reportée à fin 2021.

Christian Graf

Jeudi 27 et vendredi 28 janvier 2022 - 20h
LET’S PLAY - AU TOUR DES JEUX VIDÉOS
L’Alhambra – Rue de la Rôtisserie 10 – 1204 Genève

Comme le cinéma, le jeu vidéo est un media implanté et largement intégré dans le quotidien des curieux comme des amateurs de contenu culturel en général. Contrairement au cinéma, ce dernier est toujours considéré comme une sous-culture associée à une partie minoritaire de la population, les jeunes et les « geeks ». Les parallèles avec le cinéma sont nombreux : il existe dans le jeu vidéo une scène mainstream commerciale « Triple A », une scène de créateurs indépendants et expérimentaux, et bien sûr, une pratique et une culture de la musique qui accompagne les productions. Les créateurs de jeux vidéo ont rapidement réalisé l’importance de la musique au service de leurs créations. Il existe des compositeurs reconnus et acclamés pour leurs travaux vidéo-ludiques (Koji Kondo, Danny Baranowsky). J’ai pu constater que pour plusieurs de mes jeunes élèves, les OST de jeux ont été une porte d’entrée vers la musique, son écoute puis sa pratique !

Connue du grand publique à partir des années 70, en développement accru depuis la moitié des années 80 pour continuer et exploser avec l’apparition d’internet, la pratique et la culture vidéo-ludique canalise toujours plus d’émulation créative, pédagogique, narrative, sociale,... Aujourd’hui, de nombreuses personnes ayant grandi avec le jeu vidéo (des soixantenaires !) sont devenus artistes, écrivains, politiciens, enseignants, ou tout simplement parents et grands-parents, et perpétuent sa pratique, sa culture et ses références communes. Pac-Man et Mario ne sont pas plus aujourd’hui des icônes « geek » pour spécialistes que Tintin ou Dracula.

Je souhaite rendre hommage dans cette saison du FanfareduLoup Orchestra à cette culture passionnante et fédératrice à notre manière, c’est à dire en musique !

Le spectacle comprendra une projection de jeux en direct tout au long du concert. En plus de présenter des arrangements et orchestrations de quelques bandes sons iconiques créées par les membres du collectif, ce spectacle s’intéressera également à la scène vidéo-ludique indépendante et/ou locale. Certaines pièces seront composées (sound-painting, improvisation dirigée, composition algorithmiques, etc.) en se basant sur des états narratifs ou des éléments gameplay. Avec le désir d’amener ce projet au delà de la « simple » musique à l’image, les notions de jeu et d’interactivité seront au coeur de pièces comprenant entre autres des interactions en temps réel avec du jeu en direct, et des contrôleurs de jeux vidéos (manettes, joysticks...) utilisés comme instrument, idéalement avec une participation du public.

Thomas Florin

Jeudi 3 et vendredi 4 mars 2022 - 20h
LA MUNTOGNA - AVEC RUT PLOUDA
L’Alhambra – Rue de la Rôtisserie 10 – 1204 Genève

Ce projet est né d’une rencontre avec l’auteure romanche Rut Plouda lors de multiple séjours en Basse Engadine, où elle vit dans son village de Ftan. Ses poèmes sont des petits bijoux évoquant avec simplicité la montagne, sa nature, ses habitants. Ces poèmes sont publiés en édition bilingue romanche-français, avec une traduction magnifique qui rend honneur à l’original. La musicalité du Vallader, idiome romanche de cette région d’Engadine, se prête parfaitement à une lecture accompagnée de musique.

La culture romanche est riche de ses traditions et de modernité dans ce coin de pays à la croisée des chemins qui traversent l’Europe. De tout temps, ce fut une terre d’échanges, et les populations qui se sont succédées y ont laissé leur trace. Encore maintenant, le mélange entre les traditions montagnardes, les artistes citadins venus trouver l’inspiration, les travailleurs immigrés (nombreux italiens et portugais, entre-autres) et les touristes vacanciers en font un creuset riche en événements culturels.

Ian Gordon-Lennox

Jeudi 7 et vendredi 8 avril 2022 - 20h
Le Carnaval des animaux - Hommage à Camille Saint-Saëns
L’Alhambra – Rue de la Rôtisserie 10 – 1204 Genève

En collaboration avec le Geneva Brass Quintet :

Baptiste Berlaud - trompette
Lionel Walter - trompette
Christophe Sturzenegger - cor
David Rey - trombone
Eric Rey - tuba

Cinq ans après “Le fracas du temps - autour de Dmitri Chostakovitch”, le Fanfareduloup Orchestra et le Geneva Brass Quintet se retrouvent !
Et cette fois-ci, ce sera pour revisiter et élargir le zoo sonore imaginé par Camille Saint-Saëns dans son Carnaval des animaux, cent ans après la première audition publique de cette œuvre, qui est sans conteste la plus connue du compositeur français.

Saint-Saëns composa sa Grande fantaisie zoologique en 1886 pour une soirée privée (un mardi gras...), et en interdît de son vivant toute production publique, à l’exception du “Cygne”, raison pour laquelle la création publique fût posthume ! 100 ans après, la biodiversité a changé. Les changements climatiques ont eu des effets délétères sur la faune animale (comme sur le faune musicale ?)

Quelles nouvelles espèces pourra-t’on observer dans cette édition 2022, entre l’éléphant et le coucou ?

Est-ce que le pangolin aura sa place ? Les pianistes sont-ils toujours des "lapins" ?

Autant de questions auxquelles le Fanfareduloup Orchestra et le Geneva Brass Quintet tenteront de répondre la saison prochaine !
Ce concert sera enrichi par la voix de Vincent Aubert, qui lira les textes écrits par Francis Blanche en guise d’interludes à la musique de Saint-Saëns, ainsi que ses propres création littéraires, qui accompagneront les compositions originales des deux ensembles.

Massimo Pinca

POUR COMMANDER VOS ABONNEMENTS 21-22

Pour réserver vos billets pour un concert de la saison

^ haut de la page ^