Dizzy, Dany et les autres… le labo d’Ali Baba… Le Fanfareduloup Orchestra révèle les trésores photographiques de Dany Gignoux

- L’Alhambra - rue de la Rôtisserie 10 - 1204 Genève

- Créé le 7 et 8 mars 2019

Dany Gignoux, cette grande dame de la photo de jazz et de musique nous accompagne avec ses images pour ce « concert – projection » qui rend hommage à des musiciennes et musiciens inspirants et précieux : Carla Bley Band, Art Ensemble of Chicago, Sun Râ, Nina Simone, Hermeto Pascoal y grupo, Sarah Vaughan, Willem Breuker Kolektief, Irène Schweizer, Charles Mingus, Gil Evans, Betty Carter… La liste est immense, éclectique et pleine de surprises. On y retrouve d’improbables concerts libertaires des années 70 comme des soirées mythiques dans de grands festivals. On y perçoit surtout l’œil solidaire et tendre de Dany envers la créativité, la beauté et l’engagement de celles et ceux qu’elle a photographiés.

Le choix fut difficile, on a envie de tout manger ! mais nous nous sommes approprier les mélodies et les harmonies de certains, nous avons composer pour ou autour d’autres et donner à entendre des paysages sonores pour déguster les images et convoquer les esprits de la musique.

PROGRAMME

GEORGES AND CHARLES - Charles Mingus et George Adam - Yves Cerf
Perdus avec délice dans les archives photographiques de Dany, nous entendions en nous les musiques de tous ces visages connus et aimés. Comme des ours devant le miel nous aurions voulu tout dévorer… et nous avons décidé de nous concentrer sur quelques illustres cousins, grands orchestres atypiques et sur quelques illustres cousines, improvisatrices, compositrices ou chanteuses. Au milieu de toutes ces merveilles j’ai aperçu le grand Charlie Mingus : je veux je veux ! et il est avec mon ténor/héros : Georges Adams !

MILONGA, VIDALA, BAILECITO - Tambours du Burundi - Raul Esmerode
Trois styles de musique d’Argentine pour rendre un hommage aux Tambours de Burundi. Un malentendu ou peut-être un petit caprice ? Pas de réponse précise là-dessus, mais je me rappelle que dans mon enfance, mon père qui était aussi photographe, m’avait montré des photos du carnaval au Brésil en écoutant les Quatre Saisons de Vivaldi. Des noirs dansant sur de la musique baroque, ça m’avait plu. Les peuples d’Afrique et d’Amérique Latine ont beaucoup de choses en commun dans leur histoire passée et dans leur présent, j’espère que leur avenir sera un jour à la hauteur de leurs attentes.

BETTY - Betty Carter et SARAH - Sarah Vaughan - Yves Massy
Pour Sarah comme pour Betty, l’élément de départ a été une phrase improvisée par ces deux immenses chanteuses, phrase qui est devenu le thème principal de la composition. Toute la construction qui s’ensuit est développée à partir de ce seul motif, sans soucis ni respect du style original de l’improvisation, mais en gardant constamment le souvenir du premier motif, une peu comme en homéopathie et de la mémoire moléculaire de l’eau, qui garde le souvenir de la substance de départ mais sans en garder pratiquement aucune trace tangible.

LITTLE MARCH – Kate & Mike West Westbrook - Yves Cerf
Une petite marche pour célébrer les aventures innombrables de ce couple britannique : Westbrook Rossini, On Duke’s Birthday, The Ass Dreams (l’âne rève), Chanson irresponsable et autres magnifiques folies de la great European improvised music.

SOME MORE DAYS OF HAPPINESS et CHORAL FOR W.B. - Sun Ra et Willem Breuker Collectif - Massimo Pinca
Dédiées à deux musiciens si différents, ces deux morceaux forment un diptyque contrasté, parfois dense, parfois espacé, aux harmonies parfois simples, parfois très tendues, mais unifié par le goût pour l’écriture contrapuntique. Très libre dans la composition, il n’y a pas de références directes à la musique de Sun Ra ou de Willem Breuker, à part la ligne de basse initiale, inspirée du début de l’étonnant album en trio de Sun Ra Some Days of Happines (1979).

DANY & IRENE - Irène Schweitzer - Christophe Berthet
J’ai assisté pour la première fois à un concert d’Irène Schweizer en 1981 à Cluny. Cette magnifique pianiste, originaire de Schaffhouse a joué et joue encore avec la crème du jazz contemporain. A l’époque, elle jouait avec Joëlle Léandre et Annick Nozati. C’était une musique directe, très libre et sans concession. Ce trio prendra plus tard le nom de les Diaboliques. Elles l’étaient déjà. C’est un plaisir de la retrouver sur ces magnifiques images…

EUNICE NINA - Nina Simone - Olga Trofimova
Nina Simone est née Eunice Kathleen Waymon. Elle a adopté son nom de scène afin que ses parents ne découvrent pas qu’elle jouait la musique du diable tous les soirs dans un night-club alors qu’elle avait tout juste 21 ans. Eunice Nina est le reflet de cette double facette, inspiré des épreuves que cette artiste géniale et atypique a dû surmonter dans sa vie, bien au-delà du seul conservatisme de sa famille.

LOVELY LOVE - Carla Bley et Steve Swallow - Yves Cerf
C’est trop beau de les voir ensemble !
J’en ai chaud au cœur, la musique et la vie entremêlées...

LE SORCIER - Hermeto Pascoal – Aina Rakotobe
Petite suite accompagnant les quelques photos de Hermeto Pascoal et de son groupe. Le sorcier (l’un des surnoms de cet extraordinaire musicien) est une composition qui, ainsi qu’une musique de film, est destinée à habiller de sons les images montrées. Certains passages sont parfaitement synchronisés avec le déroulement des images projetées et d’autres seront improvisés, mais avec la consigne pour les improvisateurs de s’inspirer en priorité de l’image qu’ils auront sous les yeux à ce moment-là.

ROSCOE, LESTER, DON, JOSEPH AND MALACHI - Art Ensemble of Chicago - Yves Cerf
Lorsque le batteur Don Moye est arrivé dans l’Art Ensemble, il a demandé conseil au bassiste Malachi Favors qui lui a répondu écoute, apprends. Et, lors de leurs concerts, on apprenait, on se baignait dans les couleurs et les espaces, on découvrait une musique non alignée, malpolie et distinguée, heurtée parfois et toujours pleine d’un ancestral swing qui nous réjouissait l’âme. Lorsque je les regarde au travers des photos de Dany, j’ai envie de jouer avec eux !

FOR DANY AND GIL - Gil Evans - Ian Gordon-Lennox
C’était à Montreux en 1991, lors d’une des dernières apparitions de Miles. Quincy Jones avait monté un double big band pour rejouer Miles Davis + 19. Il y avait Miles, le Big Band de Gil Evans (sans lui), doublé de musiciens locaux, dont moi, jeune tubiste quasi-débutant. Devant l’impossibilité de doubler une partie fréquemment soliste, je me suis retiré après un jour de répétition. J’ai donc répété avec Miles, mais n’ai pas joué avec lui…
Avec For Dany and Gil, je prends un peu ma revanche au tuba

DANY GIGNOUX est née à Genève en 1944, où elle vit actuellement.

En 1967, après des études de langues et un engagement à la Croix-Rouge, elle débute dans la photographie, en autodidacte, comme reporter pour divers journaux illustrés. Elle découvre d’abord les traditions et la musique folklorique de la Suisse.

Dès 1973, elle travaille comme reporter au long cours : Sénégal, Zaïre, Amérique du Sud, Ladakh, Népal, Etats-Unis, Australie, Scandinavie, Bénin. Elle participe à des missions documentaires pour le CICR.
Entre autres sujets, elle documente le développement du CERN à Genève et de l’industrie nucléaire en Allemagne, le ravitaillement des phares maritimes en Bretagne, les cafés, les bals et les boutiques de Lisbonne et de Barcelone, les rites funéraires à Singapour, au Portugal et au Mexique.

En 1989, elle accompagne Mir Caravane, voyageant avec huit troupes de théâtre, de Moscou à Varsovie via Saint-Pétersbourg.

Dany Gignoux illustre de nombreuses publications dans des magazines suisses et étrangers (Agence Gamma, Revue Schweiz, Gazette Swissair, DU, Die Weltwoche, l’Illustré, l’Hebdo, Le Temps, Swing Journal, Nikon News, Kodak Professional Times, Le Nouvel Observateur, Der Spiegel, Herald Tribune entre autres).

Dès le début des années 1970, Dany Gignoux s’est passionnée pour la photographie de concert dans le domaine du jazz et des musiques populaires.

Depuis 1985, elle a accompagné en tournée les grands orchestres de Gil Evans et de Dizzy Gillespie, les Tambourinaires du Burundi, l’Art Ensemble of Chicago, ainsi que Miles Davis.

Dany Gignoux, qui ne travaille plus aujourd’hui pour des raisons de santé, est reconnue comme l’une des plus importantes photographes de sa génération, notamment pour la qualité de ses portraits instantanés, pour son engagement d’observatrice participante, ainsi que pour l’éthique que dénote l’ensemble de son œuvre.

MUSICIENS

Christophe Berthet : saxophones soprano et baryton, clarinette basse
Yves Cerf : saxophones soprano et ténor, kéna et charango
Aïna Rakotobe : saxophones alto
Ian Gordon-Lennox : trompette, bugle, tuba
Yves Massy : trombone et tuba
Olga Trofmiva : trompette
Monika Esmerode : cor
Christian Graf : guitare
Pierre Balda : contrebasse
Raul Esmerode : vibraphone et percussions
Bernard Trontin : batterie et hang

Photos - Jay Louvion

^ haut de la page ^

Ecouter en ligne

Playlist