Entre chien et loup, par un clair obscur automnal, une visite à Frank Martin

Tel un tableau de Rembrandt, la musique de Frank Martin est faite de clairs-obscurs.

Elle exprime bien le contraste entre le côté terre à terre du corps physique et l’aspiration à l’élévation spirituelle de tout être. Le sombre et la lumière. Le pesant et le léger. La vie ici-bas avec ses joies et ses souffrances et l’espoir d’une vie meilleure. Comme le yogi qui trouve l’extase en passant par la pleine conscience et la corporalité de l’instant présent.

Suite à un premier contact avec la musique de Frank Martin à l’occasion des funérailles de Maria Boeke, sa veuve, pour lesquelles la famille nous avait demandé d’improviser à partir de son Trio on Popular Irish Tunes, nous proposons de poursuivre l’exercice à une plus grande échelle.

Chacun d’entre nous se saisira d’une œuvre du compositeur et sera libre d’en extraire qui une mélodie, qui une ligne de basse ou une harmonie, qui seront le point de départ d’une improvisation ou d’un nouvel arrangement, à la façon des standards de jazz.

Nous aurons également la possibilité d’inclure des œuvres picturales ou des textes qui ont été sources d’inspiration pour Frank Martin.

Ian Gordon-Lennox