Au-dessus de la mêlée

Avec Capucine Keller, chant et Pierre-Isaïe Duc, récitant
Textes de Romain Rolland
Musique de Massimo Pinca
J’étais seul, en face d’un monde possédé de haine et de fureur guerrière. Je me trouvai, sans l’avoir voulu, incarner la cause de l’Europe, « au-dessus de la mêlée » sacrilège des nations. Ma po¬sition privilégiée en Suisse, au milieu des peuples en guerre, mes relations amicales avec les meilleurs esprits de tous ces peuples, me fournissaient des documents exceptionnels, des révélations saisissantes sur le drame de conscience qui se jouait en cent âmes diverses. Il faut que l’avenir connaisse ce que j’ai été un des rares à voir : le poignant débat des âmes d’Occident, leurs souffrances, leurs doutes, leurs espérances, toute cette tragédie de l’Esprit Européen, que recouvrait la guerre, comme un enterré vivant, cette stoïque petite troupe, fidèle, persécutée, qui continua de croire en l’unités de l’Europe crucifiée, et, par sa foi, la ressuscita.
Romain Rolland, Sierre, 23 novembre 1916