Saison 13-14

5 concerts – 1 bal - 1 impromptu = 14 soirées musicales

Orchestre incontournable, unique en son genre dans le paysage du jazz et de la musique improvisée, le Fanfareduloup Orchestra vous convie à sa neuvième saison musicale.

Notre collectif - tous concepteurs, tous compositeurs, tous improvisateurs, tous interprètes - vous invite à nous suivre musicalement chaque mois, à travers différentes thématiques toujours nouvelles.

Laissez-vous donc surprendre par CROMAPHONIA – un concert avec le virtuose harpiste Park Stickney, ABCDEFG – une création où les mots et les notes seront intimement liés, REMIX, mes Seventies à moi – une composition pour bande magnétique et orchestre de Luis Naón avec, en résonance, nos commentaires sonores, MON LIVRE D’HEURES – avec les images merveilleusement expressionnistes de Frans Masereel, FELICIDADE – un voyage musical autour de nos musiques et celles de notre invité, Paulo Bellinati.
Chaque concert vous permettra de (re)découvrir la richesse et la diversité de notre collectif. Dans diverses salles genevoises, nouvelle saison nomade oblige.

Samedi 21 septembre 2013 dès 20h30
GRAND BAL DU SOLSTICE
Bains des Pâquis – 30, quai du Mont-Blanc – 1201 Genève

Un grand bal en l’honneur de la fin de l’été. Venez danser, vibrer au son des mambos, funk, rock, valses, tango, klezmer qui seront projetés dans les airs !
Hors abonnement, entrée libre.

Jeudi 17 octobre 2013 – 20h
CHROMAPHONIA
Théâtre Pitoëff, 52 rue de Carouge, 1205 Genève

_ - C’est loin d’ici ? Je ne vois rien !
- À un jet d’oreille, vous y êtes dès que vous l’entendez.

Un paysage musical sculpté par notre ensemble et son invité, le harpiste Park Stickney, vous sera dévoilé. Taillée sur mesure par les musiciens de l’orchestre, chaque composition trace un relief mé-lodique singulier, entouré d’harmonies et timbres démarquant le territoire de CHROMAPHONIA.
Entre les doigts agiles et habiles de Park Stickney, la harpe prend une dimension de plus, celle de l’improvisation. Considéré comme un des meilleurs harpistes de jazz à l’heure actuelle, Park Stick-ney est très sollicité, autant pour son jeu hors du commun que pour ses talents pédagogiques.
Tel un papillon d’été, l’invité du soir vole autour des topographies tonales exécutées avec finesse par les musiciens du Fanfareduloup Orchestra. Tel un caméléon, Park se transforme, en un clin d’oreille, en sideman enrichissant la section rythmique de l’orchestre avec les timbres uniques de son instrument. Une contrée nouvelle vous attend, celle de CHROMAPHONIA !

Jeudi 19 décembre, vendredi 20 décembre 2013 – 20h
ABCDEFG
Théâtre Pitoëff. 52, rue de Carouge, 1205 Genève

Dans le vocabulaire anglo-saxon ou allemand, les huit notes de la gamme sont nommées par des lettres, de A à G. Précisons que les Allemands utilisent aussi le H pour le Si bémol. Et si Jean-Sébastien Bach a composé le troisième thème de l’Art de la fugue sur les lettres de son propre nom, B.A.C.H., il nous a paru bien stimulant de jouer à ce scrabble particulier, de créer des mots avec ces huit lettres, d’en nourrir nos rêves, d’en faire naître des images, des ambiances, des thèmes, des structures et des architectures sonores. De FADE à CACHE, de GAGE à BABA, de DADA à BAFFE, les idées se bousculent, les images s’amoncellent et les histoires se construisent. Le mot est avant la note, sur la note, sous la note.
Les répétitions de ce concert se font, en résidence, au Cycle d’orientation de la Gradelle, et les com-positeurs du Fanfareduloup Orchestra expliquent, analysent et dissèquent leurs créations aux élèves, au sein d’ateliers pédagogiques et de répétitions.

Dimanche 19 janvier 2014 – 14h, 15h et 16h
IMPROMPTU
Muséum d’Histoire Naturelle – 1, route de Malagnou – 1208 Genève

Sur les 4 étages de l’exposition OISEAUX que l’équipe du Muséum met sur pied, nous allons intervenir 3 fois 20 minutes durant l’après-midi. Serons-nous avec les dinosaures (ancêtres des oiseaux) ou le gypaète barbu ? Des surprises musicales coloreront cette magnifique exposition. Une performance musicale entourée d’animaux… Au loup !
Hors abonnement, entrée libre.

du 11 au 15 février 2014 – tous les jours à 20h
MON LIVRE D’HEURES
Saint-Gervais, le Théâtre, 5 rue du Temple, 1201 Genève
Co-production Saint-Gervais, le Théâtre, dans le cadre de la quinzaine « Mémoires blessées »

Concert avec les yeux ouverts, à partir des 167 gravures sur bois du « roman en images » Mein Stunden Buch de Frans Masereel (1889-1972). Derrière cette histoire sans paroles, en noir et blanc, se cache un artiste flamand de grand talent et un homme engagé socialement. Son œuvre a un lien très fort avec Genève, puisque Masereel s’exile dans notre ville en 1915 en pleine 1ère guerre mondiale. Durant 4 ans, il travaille au Musée Rath, au Comité international de la Croix Rouge, à l’agence des prisonniers de guerre comme traducteur bénévole et fréquente des mouvements pacifistes et internationalistes. C’est aussi à Genève qu’il se lie d’amitié avec Thomas Mann, Stefan Zweig, Romain Rolland et Claude Le Maguet (typographe, anarchiste et insoumis).
J’ai trouvé dans la gravure ce que je cherchais pour parler à des milliers d’hommes.
Utilisant le procédé de la xylographie du XIVe siècle pour diffuser ses idées dans le XXe siècle ensanglanté, Frans Masereel grave sur le bois son engagement dans la lutte contre l’oppression et la violence suscitées par les guerres. Douze stations musicales originales, par les compositeurs de l’orchestre, ainsi que des mélodies de Kurt Weill et Carla Bley rythmeront ce concert spectaculaire.
Avec Michele Millner, voix et récitante et Sandro Rossetti, récitant et contrebasse

Mercredi 26 mars 2014 – 20h
REMIX. Mes Seventies à moi
Salle communale de Plainpalais, 52, rue de Carouge, 1205 Genève
Coproduction : Festival Archipel

Une création de Luis Naón pour orchestre et bandes magnétiques. Autour de sa pièce, les membres de notre collectif créeront une série de contrepoints.

Comment peuvent se conjuguer les métriques complexes du Mahavishnu Orchestra avec l’Ecole de Vienne ?
Comment traduire la micropolyphonie dans un flux planant aux sons orchestraux du Yes Album ?
En quoi King Crimson se mêle-t-il aux nouveaux bruitistes et Led Zep à la nouvelle saturation ?
Et la Toccata de Ginastera par les Emerson, Lake & Palmer ?
Zappa – Kagel ?
En visitant mes seventies à moi, ceux de la naissance de mes influences musicales, il en ressortira sûrement une hybridation bien particulière, passée au crible d’autres musiques populaires (le tango et les sons alpins ?) lieu de naissance oblige. On peut se prendre au jeu et multiplier les binômes improbables. Les différences sont notoires et connues. Mais pouvons-nous encore naviguer dans ces eaux-là ? Le pari est suffisamment intéressant pour qu’on ose tenter de convoquer ces figures. Et je rajoute, sur le mode d’un aveu, que ces deux mondes-là autrefois plus proches, aujourd’hui distancés, persistent souvent dans mes rêveries, certes nostalgiques, j’en conviens.
Luis Naón

Jeudi 10 et vendredi 11 avril 2014 – 20h
SAUDADE
Théâtre Pitoëff, 52, rue de Carouge, 1205 Genève

Deux concerts-retrouvailles avec le guitariste et compositeur brésilien, internationalement reconnu, Paulo Bellinati. Un métissage entre deux continents, entre deux cultures musicales.

Ma rencontre avec Paulo Bellinati date, mais j’ai l’impression que c’était hier. Il me demanda si je connaissais un contrebassiste pour jouer ensemble des choros, une musique traditionnelle du Brésil. Le 4tet de Paulo Bellinati, devenu rapidement quintette, avec Néstor Tomassini, Horacio Fumero, Eduardo Kohan et moi-même, était né. Un brésilien et quatre argentins pour faire de la musique brésilienne, ce n’était pas gagné d’avance, mais le succès fut immédiat.
Avec lui j’ai découvert le chôro, la samba, le frevo, le baiao, le maracatú et la feijoada.
Il nous a dédié des morceaux qu’il écrivait pour chaque membre du groupe : Choro para Néstor, Baiao para Eduardo, Toada para Raul. Et puis un jour, il a décidé de quitter Genève et de rentrer dans son Brésil natal pour continuer son travail de création au plus près de sa culture et de ses racines.
Je suis resté un peu orphelin de son Brésil, de sa présence et de sa musique raffinée, savante et po-pulaire à la fois. C’est pour cela qu’il fallait ce concert, afin de retrouver la musique de Paulo Bel-linati arrangée pour notre orchestre et, en retour, notre propre musique avec lui comme soliste invité.
Raul Esmerode

^ haut de la page ^